Appel solennel

Chers amis,
Voici une lettre et un document important. Puis-je vous demander de les prendre au sérieux devant l’Eternel ; et si vous recevez la confirmation de l’Esprit Saint, de les mettre en pratique puis les diffuser dans vos cercles ?

Avec vous en Christ Jésus,
Tom Bloomer

Équipe prière et discernement
Guy Chautems, chautems@bluewin.ch

Lausanne, en juin 2021

Chers Frères et Sœurs,
Nous, les signataires de ce document (équipe prière et discernement – EPED) nous avons à cœur de vous adresser le texte ci-joint :

Appel solennel, destiné aux membres des Églises et aux médias chrétiens

Il a pour origine deux interpellations prophétiques qui nous ont conduits en 2020, au cours de la 2ème vague de la Covid-19, à sortir du silence reproché aux Églises par les médias. Lors du séminaire « Discerner les Temps » à Yverdon, en septembre 2019, Tom Bloomer a dit qu’il voyait une vague de jugement déferler sur l’Europe et le monde, il a ajouté que la Suisse n’allait pas être épargnée.

Lors du séminaire « Discerner les Temps » de l’année suivante et peu après au Centre évangélique de Tavannes, en septembre 2020, il a précisé : « Je vois venir sept années de vaches maigres, une profonde dépression économique et des famines même dans les pays riches.

Quelques semaines plus tard dans la même Église, Pierre Amey déclarait : « Notre situation actuelle est semblable à celle du peuple de Dieu au temps de Jérémie : nous confondons les fruits de l’humanisme idolâtre avec la source des bénédictions de l’Éternel. C’est pourquoi Dieu a permis que la Covid-19 nous déporte en exil ; nous sommes à Babylone. »

Suite à de longues réflexions et aux prières qui les ont accompagnées, nous avons confié à Tom Bloomer de rédiger cet appel.

Que le Seigneur vous accorde de les recevoir dans le même esprit de prière et de discernement qui a accompagné notre cheminement au cours de ces derniers mois.

Nous vous saluons fraternellement en Jésus-Christ.

Font partie de l’EPED : Jeannette et Pierre Amey, Suzanne et Jean-Pierre Besse, Edmée et Jean-Marc Bigler, Tom Bloomer, Denise et Guy Chautems, Nancy et Philippe Decorvet, Rose[1]Marie et Ernest Geiser, Georgette Renevier

Appel solennel

Communication de l’Équipe prière et discernement (EPED) à l’attention des membres d’Églises et de Mouvements de la francophonie et des médias chrétiens

Depuis le début de la pandémie des millions de chrétiens, du monde entier ont demandé́ ́au Seigneur de l’arrêter : mais ce dernier n’a pas exaucé ces prières. Pourquoi ? Parce qu’Il attend que nous obéissions à Sa parole : Il a promis de répondre à nos prières, d’arrêter la peste à condition que son peuple se repente (2 Chr 7.13-14) !

Les quelques exemples de repentance dont nous avons connaissance nous semblent être sporadiques et superficiels. Nous entendons souvent cette remarque : « De quoi faut-il nous repentir ? » Ce qui a conduit un journaliste chrétien à mettre comme titre sur un interview : « Pour finir, on ne se sent pas si mal ici à Babylone . . . »

N’avons-nous pas oublié le sérieux avec lequel nous devons chercher la face du Seigneur pour avoir une révélation plus profonde de sa sainteté́ ́et de notre péché ? N’avons-nous pas oublié à quel point nos cœurs sont tortueux et désespérément malades ? N’avons-nous pas oublié que nous sommes incapables de les voir dans cet état, sans l’aide de notre Créateur, lui seul les voit clairement (Jé 17.9-10 ; Ro 7.21-25) ? Jésus lui-même interpellait les personnes sur la nécessité de la repentance. Par ex. devant les résistances collectives à reconnaître ses œuvres (Lc 10.13-16), les formes de piété superficielles (Lc 11.37-54) ou des événements dramatiques (Lc 13.1-5).

Comme Daniel, nous nous repentons des oublis et de notre manque de sérieux face à ta Parole. Nous nous repentons de la léthargie et de la passivité ́de ton peuple, qui veut que Tu guérisses mais qui ne désire pas accomplir sa part. Nous nous repentons, de n’avoir pas écouté ́les appels prophétiques qui retentissent dans l’Église (Da 9.6). Nous nous repentons de t’avoir adressé de belles demandes de pardon pour notre matérialisme et notre égoïsme sans les avoir accompagnées par des changements concrets dans nos actes. En particulier pour les pauvres parmi nous et les nations en souffrance.

Nous nous repentons pour l’état de tiédeur de ton Église, où les vies des « fidèles » ressemblent trop souvent à celles des incroyants. Nous nous repentons des divisions, des partis pris, et des médisances qui règnent dans ton peuple. Nous nous repentons de son fatalisme face à toutes ces tendances mais aussi face aux besoins de nos concitoyens. Comme Daniel à la fin de son intercession pour son peuple nous prions, « Seigneur, écoute ! Seigneur, pardonne ! » (9.18-19). Amen.

Lausanne, en juin 2021

Copyright © 2021, Tom Bloomer

0 Partages